Lifestyle Ads (728x90)

Info et actualité en direct - Toutes les actualités et infos !!!





Ça y est, vous vous êtes enfin décidés à sauter le pas : vous emménagez ensemble. Une nouvelle vie commence, pleine de bonheur, mais aussi jalonnée d’obstacles. Parmi eux, l’épineux problème des finances communes.

Emménager ensemble : comment gérer l'argent à 2 ?

Qui dépense quoi ? Compte commun ou comptes séparés ? Comment gérer l’argent à deux ? En matière de finances, l’harmonie est loin d’être monnaie courante… Conseils.


Compte joint : en amour, on partage tout

Selon une récente étude réalisée par l’Insee, près des deux tiers des couples actifs vivant ensemble depuis au moins un an mettent en commun leurs revenus, surtout quand ils sont mariés et ont des enfants.

Outre le fait d’être incroyablement romantique (ce qui est à moi est à toi), le compte joint a en effet un avantage indéniable : il est très pratique pour régler les dépenses du couple, qu'elles soient personnelles (vêtements, sorties…) ou communes (loyer, électricité, nourriture…). Inutile de s’emmêler les pinceaux en se perdant dans des calculs savants pour savoir qui paiera quoi : la question est réglée d’avance. Une formule simple qui permet une gestion claire et précise des dépenses, chacun des partenaires alimentant le compte en fonction de ses revenus.

Mais cette solution a aussi un inconvénient, et pas des moindres : les cotitulaires du compte joint sont solidaires face aux éventuels incidents et à leurs conséquences sur les autres comptes s’il y en a. Des déconvenues qui peuvent être évitées grâce à une totale confiance, mais aussi à une totale transparence des partenaires l’un à l’égard de l’autre.

Comptes séparés : je dé(pense) donc je suis

Mais si de nombreux couples optent pour le partage, d’autres tiennent dur comme fer à leur « liberté de (dé)penser » et préfèrent préserver leur indépendance financière. Pourquoi ? Les raisons peuvent être diverses et variées : la peur du lendemain (comment faire si tout s’arrête ?), un écart de revenus trop important entre les conjoints (et le refus de « perdre au change »), un manque de confiance en l’autre (et s’il faisait n’importe quoi de mes sous ?)…

Autant de motifs qui peuvent en rebuter plus d’un, les obligeant à une organisation doublement plus compliquée, à des calculs interminables et accessoirement, à d’inutiles disputes. Le refus d’un compte joint peut parfois révéler un malaise dans le couple, une peur de l’engagement, un refus de s’abandonner, un manque de confiance en l’autre… Mais il peut aussi relever d’un véritable choix, partagé par les deux conjoints : après tout, à chacun sa façon de régler ses comptes…

Compte joint et séparé : le choix du roi

Mais vous n’êtes pas non plus obligé de choisir entre l’un et l’autre : vous pouvez aussi avoir les deux. Garder chacun votre compte personnel et ouvrir un compte joint peut s’avérer idéal pour répondre à tous les besoins « ciblés » du quotidien. Le compte joint permet de subvenir à toutes les dépenses communes (loyer, vacances, entretien de la maison…) et les comptes personnels de se faire plaisir sans avoir à rendre de comptes à qui que ce soit, surtout lorsqu’il existe des décalages importants au niveau des revenus. Une formule qui mêle savamment union et indépendance et qui séduit aujourd’hui de nombreux jeunes couples. Ce qui n’empêche pas de piocher de temps à autre dans son compte perso pour faire plaisir… à son (sa) chéri(e) ou payer la dernière facture EDF. Le courant qui passe, ça n’a décidément pas de prix…












Enregistrer un commentaire

Laisser votre réaction à l'article :